La puissance du podcast de niche

Avoir une niche spécifique pour son podcast, c’est-à-dire un sujet et un auditoire ciblés, peut paraître limitatif pour bien des gens. Et j’étais le premier à penser ainsi avant de lancer Le Québec en Baladodiffusion à l’été 2006. Je doutais. Non pas de ma capacité à arriver à produire une émission de qualité car je savais qu’en travaillant un peu, j’arriverais à un résultat satisfaisant. Ce que je doutais c’est que les auditeurs puissent être au rendez-vous.

Une niche à l’intérieur d’une niche
Le Québec est un marché-niche. Même s’il y a près de soixante-cinq millions de français, ce ne sont pas eux qui écoutent le plus de balados. Un ami français avec qui je discutais du nombre de balados québécoises indépendantes m’a dit à la blague: “C’est plus que ce qu’il y a en France”. Et il ne blaguait qu’à moitié. Puis disons-le, l’accent peut-être une barrière pour certains.

Et à l’intérieur de ce marché-niche, un podcast traitant de podcasting et lui-aussi une niche. Il y a bien des sujets qui seraient susceptibles d’attirer plus d’auditeurs que celui-là. Non pas que ça n’intéresse personne. Si des gens font l’effort d’écouter des podcasts, ils sont probablement intéressés par le médium lui-même. Mais ce n’est pas assez pour assurer le succès de son émission.

Atteindre sa cible
Le succès des podcasts de niche réside dans le fait qu’ils sont plus spécifiques, plus pointus. Plus on l’est, plus les gens qui recherchent ce type de contenu vont le trouver facilement et plus on risque d’atteindre sa cible. La cible à atteindre étant l’oreille de l’auditeur, et non un nombre absolu d’auditeurs. Car dans le domaine du podcast ciblé, il importe plus de trouver les auditeurs qui s’intéressent à notre contenu qu’un nombre faramineux d’auditeurs passifs.

Communiquer la passion
Les podcasts de niche son ceux qui déchaînent le plus les passions. Si on parle de science-fiction en général par exemple, on ratisse large et on peux intéresser vaguement beaucoup de gens. Alors que si l’on décide d’être spécifique et de parler uniquement des séries télévisées Star Trek, on va atirer une foule moins impressionnante d’auditeurs mais beaucoup plus passionnés.

Le paradoxe de la niche
Parfois avoir un podcast de niche peux amener beaucoup plus d’auditeurs qu’un podcast généraliste. C’est une sorte de paradoxe car on aurait tendence à croire le contraire si on base sa réflexion sur le modèle des médias traditionnels. À la télé, la chaîne généraliste attire des centaines de fois plus d’auditeurs que la chaîne spécialisée.

Mais en podcasting, c’est souvent l’inverse qui se passe. Pourquoi? C’est simple; les chaînes généralistes sont là pour ceux qui aiment écouter quelque chose de divertissant sans trop se poser de question alors que les chaînes spécialisées sont là pour ceux qui recherchent un contenu particulier. Dès lors, il y a un choix conscient qui s’effectue. Puisque le podcasting est un médium spécialisé impliquant de faire des choix dès l’abonnement, les auditeurs sont déjà à l’affût de contenu plus pointu.

Pouvoir faire retrouver son émission à travers la mer des podcasts musicaux peut-être une tâche hardue. Alors que si l’on fait une émission sur un un style musical plus pointu, on augmente ses chances que les auditeurs soient au rendez-vous. Parlez-en à Jean-François Blais du podcast Bordel de Mer.

Au delà de la notion de podcast spécialisé, il est probablement plus important de choisir un sujet qui nous passionne que de se “bâtir une niche” dans le but d’attirer le plus grand nombre d’auditeurs possible. Qu’en dites-vous?

Photo par Paul Keleher.


À propos de cet article