Médias sociaux: ce n’est pas une question de «si» mais de «comment» vous devez le faire.

Prenons pour acquis que votre entreprise ou organisation soit d’une taille assez grande pour que vous fassiez usage de la communication traditionnelle. Que ce soit journaux, télévision, internet. Prenons pour acquis que vous faites affaire avec une agence ou un petit bureau de communications pour ce faire. Prenons pour acquis que vous avez une présence web. La question n’est pas de savoir «si» vous devriez faire usage des médias sociaux mais plutôt «comment».

On parle de vous
Parce que si votre entreprise est d’une taille assez importante pour avoir quelque forme de visibilité dans les médias traditionnels, il y a déjà des discussions qui ont lieu à propos de vous dans les canaux de médias sociaux. Avez-vous déjà eu entre les mains un rapport de ce que les gens ont dit de vous sur ces canaux de médias sociaux durant le dernier trimestre? Avez-vous (ou votre agence) déjà cherché à savoir ce que les gens disent de vous dans les blogs à l’aide du Google blog search? Avez-vous déjà cherché ce que les gens disent de vous sur Twitter search? Si vous avez répondu non, vous avez un sérieux problème. Mais tout n’est pas perdu.

Perte de contrôle?
Les entreprises ont parfois peur des médias sociaux car ils ont peur de perdre le contrôle sur le message corporatif de l’entreprise. Et si vous n’aviez jamais eu le contrôle? Je m’explique: dans le passé, vous pouviez bien avoir une brochure ou un site web statique où vous contrôliez le message véhiculé, vous n’avez jamais eu de contrôle sur ce que les gens pensent de vous. Pire encore, il y a toujours eu des dicussions à propos de vous dans les salons, au bureau, lors de soupers entre amis, discussions auxquelles vous n’aviez jamais accès et sur lesquelles vous n’aviez aucun pouvoir d’influence.

Le web social (ou web 2.0) amène ces discussions dans l’espace public qu’est l’Internet. Maintenant, vous avez accès à ces conversations et vous pouvez intéragir pour influencer positivement les discussions. Mieux encore, vous pouvez créer vos propres canaux de conversation pour pouvoir intéragir avec les gens et ainsi mieux contrôler le cadre de ces discussions. Que ce soit le blogue, le podcasting, le micro-blogging ou la webvidéo, il y a un canal de diffusion qui correspond au type d’intéraction que recherche votre entreprise. Et si vous décidiez de prendre le contrôle de ce que vous n’avez jamais contrôlé auparavant?

C’est un départ?
Est-ce que vous devez sauter sur les outils dès maintenant et commencer à intéragir? Il faut d’abord décider de vos buts à atteindre avec ces médiums et décider d’un plan d’action qui favorisera les bons outils. Sauter trop rapidement dans l’arène sans savoir ce que l’on fait et pourquoi on le fait peut causer autant de dommages que rapporter de bénéfices.

Il faut aussi décider de qui s’occupera de maintenir vos réseaux sociaux. Car si vous n’aviez rien publié avant aujourd’hui, je doute que vous puissiez le faire efficacement par vous même. La communication à l’intérieur des réseaux sociaux est régie par une foule de règles non-écrites qui permettent de réussir… ou qui créeront un désastre. C’est une forme différente de communication que celle qui a toujours été enseignée dans les universités qui est plus vivante et plus organique.

Choisir le bon intervenant
Il est impossible que vous puissiez maitriser ces outils du jour au lendemain. Ça demande de la pratique. Et comme personne n’a été formé pour le faire, la seule façon d’y arriver dans des délais courts est de faire appel à des gens qui sont établis depuis quelques temps sur ces réseaux. En plus de bénéficier de leur savoir-faire, vous aurez accès à leur réseau d’influence ce qui est non négligeable.

Par-dessus tout, c’est la personnalité du gestionnaire de réseaux sociaux et le capital de sympathie qu’il véhicule qui assurera la réussite de cette entreprise. Il ne faut pas se le cacher, les gens recherchent ceux qui sont généreux et tournés vers les autres. Pensez à Chris Borgan, un des grands manitous des médias sociaux: en 140 caractères, il vous mets à l’aise et vous fait sentir que votre opinion est importante tout en vous communiquant de l’information. Il est beaucoup plus facile de dénicher un utilisateur de médias sociaux doué avec une bonne personnalité et lui enseigner la culture de l’entreprise que de pousser un employé à apprendre les outils et développer les aptitudes. Non seulement est-ce coûteux, mais les résultats ne sont pas garantis. De plus, si l’employé n’est pas à la base passionné par les médias sociaux, ça transparaîtra dans ce qu’il essaiera de communiquer.

Être une personne agréable que les gens aiment, ça ne s’apprends pas.

Image par Kristina B


À propos de cet article