Ma job d’été : Ici Radio-Canada!

C’est un peu à la blague que je parle de mon travail de chroniqueur web à Radio-Canada comme d’un emploi d’été, même si c’est un peu vrai. Je suis employé temporaire de la société d’état pour 5 semaines après tout. Ma première intervention avait lieu ce matin et ça se poursuivra tous les jeudis à 9h45 jusqu’à la fin de l’été, sur l’émission AM de la sympathique Anne-Marie Withenshaw. Ça a beau être l’été, être chroniqueur pour une émission en “primetime” à Radio-Canada, c’est du sérieux.

Partir à zéro
Comment me suis-je retrouvé là du jour au lendemain? En fait je n’y suis pas arrivé du jour au lendemain. J’expérimente avec le web depuis 15 ans et surtout, j’ai plus de 4 ans de podcasting derrière la cravate.

Mais le vrai coup de pouce est venu de Bruno Guglielminetti, ex-réalisateur de Christiane Charette et auteur du Carnet Techno avec qui je me suis lié d’amitié durant les dernières années. Avant de quitter son poste, c’est Bruno qui était dans la mire pour faire ces chroniques durant l’été. Il m’a recommandé, j’ai fait un test micro et c’était dans la poche.

Tout est dans la perception
Plusieures des personnes qui ont demandé l’horaire de mes passages à l’émission n’ont jamais écouté un seul de mes podcasts, aussi intéressants soient-ils. C’est un réflexe normal: mon site n’a pas la notoriété et le prestige d’une entreprise comme Radio-Canada, même si mon podcast est probablement plus téléchargé que certains des leurs.

Comme podcasteur, on fait souvent face à l’incompréhension lorsqu’on parle de baladodiffusion. Imaginez: je mets plusieures heures et beaucoup d’argent à produire une émission de qualité sans aucune rémunération! Mais j’ai beaucoup plus reçu que ce j’ai donné jusqu’à maintenant. Ma participation à AM en est une autre preuve.

Une chose est sûre maintenant que je fais cette chronique: plus personne ne me demandera pourquoi je fais du podcasting.


À propos de cet article